Madame la Député,

Messieurs les sénateurs,

Monsieur le conseiller départemental,

Mesdames et Messieurs les maires et adjoints,

Messieurs les anciens combattants,

Messieurs les représentants des pompiers,

Madame la représentante de la gendarmerie,

Mesdames et Messieurs les enseignants,

Mesdames et Messieurs habitants de Commenailles et tous les enfants.

 

C’est un grand plaisir pour la municipalité de vous accueillir à Commenailles et je vous remercie car grâce à vous ce moment particulier l’est plus encore et votre présence donne plus d’ampleur à cette inauguration.

Ce moment est particulier parce que ce genre d’événement n’est pas courant dans une commune et parce que, à Commenailles, nous n’avons jamais fait une manifestation pour l’attribution d’un nom à une rue ou à une place.

 

Ce moment est particulier et c’est même un jour exceptionnel car nous allons rendre hommage à tous les soldats morts pour la France pendant les guerres 14 /18 ; 39/45 ; le conflit d’Indochine et la guerre d’Algérie.

Lorsque nous avons été sollicités pour nommer une rue du 19mars 1962 par les anciens combattants d’Algérie, nous avons immédiatement pensé à l’importance de conforter le devoir de mémoire et il nous est apparu comme une évidence que ce devoir de mémoire ne pouvait pas s’appliquer que pour ce seul conflit.

Il nous est également apparu comme une évidence que le meilleur lieu dédié à la mémoire de tous ceux qui d’une manière ou d’une autre se sont battus et sont morts pour la France ne pouvait qu’être celui où nous sommes aujourd’hui.

Ce lieu qui plusieurs fois l’an rassemble notre village pour rendre hommage aux soldats français morts pour la France, morts pour défendre la république et ses valeurs de liberté égalité, fraternité, morts pour défendre les droits de l’homme, morts pour que vive la paix.

Ce lieu qui rappelle les traces sanglantes qu’ont laissé les conflits me permet de rendre hommage aux milliers de soldats qui ont donné leur vie pour défendre et préserver nos libertés.

 

Rendons hommage à tous les soldats morts pour la France et aux milliers de morts de la première guerre mondiale de 14 18. Cette guerre qui a décimé toute une génération, la moitié des jeunes Français âgés de 20 ans en 1914 ont disparu à l'issue du conflit et les pertes humaines s'élèvent à plus de 18 millions incluant 9,7 millions de militaires et 8,9 millions de civils dont 1,4 million de militaires français et 300 000 civils.

Rendons hommage aux millions de morts de la Seconde Guerre mondiale qui fut le conflit le plus meurtrier de l'Histoire avec plus de 60 millions de morts soit 2,5 % de la population mondiale et pour la France 541 000 morts dont 238 000 militaires colonies incluses et 330 000 civils. Le temps n’a pas effacé dans les familles des victimes comme pour les personnes déportés le traumatisme de cette guerre sanglante et dévastatrice.

Rendons hommage aux militaires qui ont été déployé dans d’anciens protectorats ou colonies et qui ont payé un lourd tribu.

Ce fut le cas pendant la guerre d’Indochine de 1946 à 1954. Cette guerre qui prendra fin le 20 juillet 1954 avec la signature des accords de Genève et qui verra mourir 500 000 personnes. De ce conflit on ne connait pas de façon exacte les pertes humaines mais on sait avec certitude qu’il y eut 59 745 tués et disparus dans le corps expéditionnaire. Rendons hommage aux 12 997 officiers et soldats français, 17 810 légionnaires, tirailleurs africains et nord-Africains et 26923 autochtones. Là aussi pour ces militaires les traumatismes sont ineffaçables.

Puis ce fut la guerre d’Algérie, cetteguerre de décolonisation qui fut extraordinairement douloureuse, parfois fratricide et toujours passionnelle et pour laquelle le bilan des victimes est difficile à établir. Le chiffre le plus sûr est celui des pertes militaires françaises. Rendons hommage aux 25 000 morts, dont 15 500 au combat ou par attentat, 65 000 blessés et 485 disparus. La guerre de sept ans en Algérie a marqué à jamais les peuples, laissé des traces indélébiles dans les mémoires et traumatisé à vie les militaires qui ont participé aux combats.

 

Aujourd’hui c’est à tous ces valeureux combattants et à tous les soldats engagés sur différentes zones de conflits qui ont fait le sacrifice de leurs vies pour la liberté, pour la patrie, avec l’espoir d’une paix durable, que nous rendons hommage.

Cette plaque et cette esplanade nous aideront dans ce devoir de mémoire, ce souvenir des sacrifices humains. Elle contribuera à faire qu’à chaque passage ici une pensée s’envole pour une éternelle reconnaissance.  Elle perpétuera le souvenir pour que personne n’oublie jamais ce que la guerre comporte comme horreur, ce que la guerre a comme capacité destructrice, ce que la guerre inflige aux populations civiles, ce que la guerre laisse comme marques indélébiles dans les corps, dans les esprits et dans les cœurs.

C’est pour cela que je voudrais qu’aujourd’hui l’inauguration de cette esplanade du souvenir soit une ode à la paix. Nous pourrions vouloir croire que le monde s’est pacifié et pourtant ce n’est pas le cas. Et si parfois les médias en fonction des événements, des aléas climatiques ou des campagnes électorales oublient les conflits armés ouverts partout dans le monde, ils sont là bien présents aux portes de l’Europe.

 

Aujourd’hui si nous vivons en paix en Europe, cette Europe tant décriée, acceptons de reconnaitre que sa construction a fait un rempart protecteur que nous devons renforcer. Pour autant la guerre fait rage tout autour et elle s’importe,à travers le terrorisme,en France, en Espagne, en Angleterre en Allemagne et partout en Europe.

Plus que jamais nous devons donc œuvrer pour la paix. C’est le bien collectif le plus précieux mais d’une grande fragilité. J’en veux pour preuve le nombre de conflits armés qui,de 1945 à 2015, est de l’ordre de cinq cent vingt en sept décennies. De façon plus précise, de 1945 à 1968 cents conflits armés et sur la période 2001-2011 soixante-treize conflits étatiques, deux cents vingt-deux non étatiques …

 

Mettons tout en œuvre pour préserver ce trésor qu’est la paix. Pour cela Il nous faut, pour l’intérêt de l’homme, cultiver la conscience d’un intérêt supérieur à celui des souverainetés nationales. Pour celail nous faut cultiver le devoir de mémoire, le souvenir, développer l’éducation à la paix.

Nous sommes les acteurs de notre futur et nous nous devons d’oser rêver encore et toujours. Nous nous devons de faire de ce rêve une réalité et pour cela L’éducation à la paix m’apparaît comme une nécessité. Je fais mienne la devise de l’EIP(Association mondiale pour l’école instrument de paix), qui est :

« Désarmer l’esprit pour désarmer la main ".

Cette devise reflète bien le rôle d’une éducation à la paix qui n’est pas une exclusivité scolaire mais le devoir de tout un chacun.

L’éducation à la paix passe par des préceptes simples qui concourent au développement des capacités individuelles : 

·        Pour reconnaître et accepter les valeurs requises pour la vie en commun, et apprécier les autres cultures.

·        Pour communiquer, dialoguer, partager, coopérer, travailler en groupe

·        Pour mettre en œuvre son esprit critique, s’ouvrir au changement, savoir modifier son jugement

·        Participer à l’élaboration des règles de vie, les respecter à l’école et dans la vie

·        Pour comprendre la nature des conflits, leurs causes et les causes de la violence afin de résoudre les conflits de façon constructive.

Ces préceptes doivent tous nous animer et nous permettre decontinuer à perpétuer ce devoir de mémoire.

Nos plus beaux remerciements seront sans nul doute de faire en sorte que les sacrifices de ces femmes et de ces hommes n’ait pas été vain, en défendant en permanence la paix. Ce sera le plus bel hommage que nous leur adresserons.

Alors oui il fallait une esplanade du souvenir à Commenailles pour que personne jamais n’oublie les sacrifices de tous ces combattants morts pour la liberté, morts pour la France et morts pour que vive la paix !

Date phare dans la programmation de l'Association Bressane Culturelle, l'hommage à Joe Cocker par le Jocker Band occupera la scène de la salle des fêtes le samedi 14 octobre.


A l'instar des représentations précédentes, notamment à la Commanderie en mars 2016, la soirée se veut magistrale, à la hauteur de celui qui l'inspire : Joe Cocker.


Dix musiciens emmenés par Alain Kolzut composent le Jocker Band pour un énergique et efficace "Performing Joe Cocker", promenant sur scène dans le sillon de la star de Woodstock, le culte de la "seventies music".


Une déferlante de son, de lumière appuyés par des choristes, une section de cuivres, un piano à queue, un orgue Hammond et un montage vidéo en toile de fond évoquant la vie de l'artiste, trop tôt disparu, exploseront sur scène dans un véritable show.


Les réservations sont possibles et même recommandées pour l'organisation de l'ABC.

Billetterie à la médiathèque de Commenailles le mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Par téléphone au 06.89.67.61.10 ou 03.84.44.19.33 et 03.84.44.14.51.

Samedi 14 octobre
20h30 à la salle des fêtes
Entrées : 12 €.

 
"Ce samedi 9 septembre c'était la remise des cartes jeunes avec les membres du CCAS, le Centre Communal d'Actions Sociales prend en charge une grande partie du coût de la carte, la portant symboliquement à 2€.
 
Coté avantages, les jeunes trouveront dans le livret (parmi plus de 700 avantages) un bon pour un abonnement gratuit d'un an à la médiathèque de Commenailles (entre autres médiathèques participantes), mais aussi un bon de réduction sur un Mug fabriqué et personnalisé au FabLab.
 
La remise des livrets et cartes s'est accompagnée d'un moment convivial autour de jus de fruits, gâteaux et bonbons..."

 

Dimanche 27 aout 2017 les adhérents du FabLab de Commenailles « Made in Iki » qui le voulaient se sont retrouvés à la salle de convivialité pour un « Apéro’Lab ».

C’était le premier de cette nouvelle association qui réunit plus de 60 adhérents.  Ce moment de convivialité a permis de mieux se connaitre, de parler de nombreux sujets et démontrer, si il en était besoin, que la technique, le partage de connaissances  sont aussi sources de relations fraternelles, cordiales  et intergénérationnelles.

Félicitations au Président, Jean Philippe Clerc, qui a réuni  autour de lui une quarantaine de personnes pour un moment sympathique qui ne demande qu’à être renouvelé.

Voir tout

white_arrow.png

Partenaires