Verbe "Etre" à l'indicatif :
Présent:
J'seu : je suis
t'seu : tu es
el ou ill est : il ou elle est
an est : nous sommes
vo seutes : vous etes
è ou ill sant : ils ou elles sont

Imparfait :
J'eto : j'étais
t'éto : tu étais
el ou ill éto : il ou elle était
an éto : nous etions
vos étin : vous étiez
el ou ill étin : ils ou elles etaient

Conditionnel présent :
J'sro : Je serais
t'sro : tu serais
è ou ill s'ro : il ou elle serait
an s'ro : nous serions
vo s'rin : vous seriez
è ou ill s'rin : ils ou elles seraient.

 

Verbe "Avoir" à l'indicatif :
Présent:
J'ai : j'ai
t'as : tu as
el ou ill a : il ou elle a
an a : nous avons
vo avez: vous avez
es ont : ils ou elles ont

Imparfait :
J'avo : j'avais
t'avo : tu avais
el ou ill avo : il ou elle avait
an avo : nous avions
vos avin : vous aviez
el ou ill avin : ils ou elles avaient

Conditionnel présent :
J'ero : J'aurais
t'ero : tu aurais
è ou ill ero : il ou elle aurait
an ero : nous aurions
vo erin : vous auriez
es ou ills erin : ils ou elles auraient.

 

Verbe "Aimer" à l'indicatif :
Présent:
J'in-me : j'aime
t'in-mes : tu aimes
el ou ill in-me : il ou elle aime
an in-me : nous aimons
vo in-mez: vous aimez
es ou ills in-mant : ils ou elles aiment

Imparfait :
J'in-mo : j'aimais
t'in-mo : tu aimais
el ou ill in-mo : il ou elle aimait
an in-mo : nous aimions
vo in-min : vous aimiez
es ou ills in-min : ils ou elles aimaient

Conditionnel présent :
J'in-mero : j'aimerais
t'in-mero : tu aimerais
el ou ill in-mero : il ou elle aimerait
an in-mro : nous aimerions
vo in-mrin : vous aimeriez
es ou ills in-mrin : ils ou elles aimeraient

 

Un peu de Morphologie
Lundi : lundi
Maidji : mardi
Mequerdi : mercredi
Jeudi : jeudi
Venderdi : vendredi
Sambadi : samedi
Dimanch : dimanche

Les mois de l'année ne diffèrent pas sauf :
Février qui devient Févré.

L'article défini "le" est remplacé par " l' ".

L'article indéfini :
in : un ; in-ne : une

 

Le pronom personnel
j' : je
te : tu
è ou ill : il ou elle

an ou no : nous
vo : vous
è ou ill : ils ou elles

A la troisième personne, le pronom (il) change et donne "è" devant une consonne et "el" devant une voyelle.
Le pronom (elle) se traduit par "ill".

 

La date d'apparition du patois n'est pas bien définie. Ce que nous savons, c'est que le patois est une langue parlée et non écrite, ce qui donne quelques peties différences d'un village à l'autre. L'armature des mots restant la même.

Le patois ne comporte pas de négation. Par exemple, on ne dit pas : "Il n'y a personne" mais "y a nin", du latin nemo.

On trouve des syllabes longues et des syllabes courtes. Un même mot avec une syllabe longue ou une syllabe courte n'a pas du tout la même signification.
Par exemple :

Syllabe courte : "j'tai beilli mon cutai" = je t'ai donné mon couteau
Syllabe longue : "qu'est-ce t'as don à beilli d'la sorte?" = qu'as-tu donc à bailler de la sorte.

Malgré que cette langue soit orale, nous alons essayer de vous la présenter le mieux possible. Ceci dans un soucis de conserver un peu de notre culture et de la présenter à tous. Et ce petit dictionnaire sera peut etre également le moyen d'aider les plus jeunes à comprendre la langue et les habitudes de leur grands-parents.

1 poulet de Bresse de 1,5 kg 
50 g de farine de maïs 
50 g de beurre de laiterie 
100 g d'oignons finement hachés 
150 g de mousserons cuits 
2 dl de bouillon 
2 dl de vin jaune 
1 dl de vieux marc 
3 c à soupe de comté rapé 
cuisson 1 heure

 

Découper le poulet cru en morceaux. 

Faire fondre le beurre dans une cocotte en fonte, lorsqu'il est chaud. 
Faire revenir et dorer les morceaux de poulet. 
Arroser du vieux marc et flamber. 
Ensuite saupoudrer les morceaux dorés de farine de maïs et des oignons hachés. 
Mouiller avec le vin jaune et le bouillon, saler, poivrer, couvrir et laisser cuire à feu doux 40 minutes. 
Retirer les morceaux et les réserver au chaud. 
Dans le jus de cuisson ajouter le Comté râpé et les champignons. Laisser mijoter la sauce 10 minutes.
Disposez les morceaux de poulet dans un plat à four et arrosez les avec toute la sauce. Mettre à gratiner une vingtaine de minutes à four chaud ( th 7). 
Servir avec une garniture de champignons, ou de pomme vapeur ou de riz.

Pour 4 personnes 
250 g de sommets tendres d'ortie 
30 g de beurre ou bien d'huile 
2 cuillerées à soupe de farine 
2 tête d'ail 
1,5 l d'eau chaude 
75 g de crème fraîche 
sel poivre 
croûtons frottés à l'ail 
2 oeufs 
¼ de litre de lait 
2 cuillerées à soupe de maïzena
 
Eplucher les gousses d'ail, ôter le germe, en réserver environ 5, hâcher grossièrement et faire revenir au beurre pour donner à l'ail une légère teinte dorée. 
Ajouter les sommets tendres des orties, après les avoir lavés dans plusieurs eaux.
Laisser étuver en remuant avec une cuillère en bois. 
Ajouter la farine et mouiller avec 1,5 litre d'eau chaude. Faire bouillir 15 mn.
Passer au mixer. Laisser un peu épaissir. 
Dans un bol battre ensemble ¼ de litre de lait froid, les 2 oeufs et 2 cuillerées à soupe de maïzena et verser dans le potage bouillant en agitant avec un fouet. 
Laisser faire un bouillon. Saler, poivrer. 
Au moment de servir ajouter la crème fraîche. 
Verser dans les assiettes sur les croûtons aillés. ( C.C.PERRON )
white_arrow.png

Partenaires